Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03 novembre 2006

Jacques Nikonoff : "Le libre-échange a provoqué l'aggravation des inégalités entre pays"

medium_nikonoff.jpg

Jacques Nikokoff, Président d'ATTAC France a déclaré : "le libre-échange a provoqué l'aggravation des inégalités entre pays".

C'est peut-être le mythe le plus répandu au sujet du libre-échange et de la mondialisation.

Mais les défenseurs de cette thèse ont pourtant bien peu d'éléments pour pouvoir le prouver. A part une étude tirée du Rapport Mondial sur le Développement Humain du PNUD qu'ils ne cessent de sortir, rien ne prouve vraiment que les inégalités ont augmenté avec l'avènement de la mondialisation (au contraire...).

Cette étude pose donc problème.

Que montre-t-elle? Que la part du RNB (Revenu National Brut) per capita en % du RNB mondial a diminué dans les pays en voie de développement dans trois régions (Amérique Latine, Moyen-Orient et Amérique du Nord, Afrique du Sud).

Quelles critiques peut-on apporter?

-D'abord cela ne prouve pas que ces pays se sont appauvris. Cela prouve simplement qu'ils se sont enrichis moins vite que les pays riches, mais qu'ils se sont enrichis quand même.

-Ensuite, ATTAC a un gros problème avec ce chiffre : l'organisation qui l'a fourni (le PNUD) a prouvé que le RNB n'avait rien à voir avec le développement humain ! Dans le rapport 2005, on peut lire que "le Bangladesh est la preuve qu’il est possible de progresser à un rythme soutenu sur de nombreux aspects du développement humain malgré une hausse des revenus relativement modérée". Il ya même un graphique qui montre que par exemple le revenu de la Thaïlande est deux fois inférieur à celui de l'Arabie Saoudite alors que leurs IDH (Indice de Développement Humain) sont similaires.

-Enfin, évaluer la richesse par le RNB est absurde : cela néglige les différences de pouvoirs d'achat. On se contente de prendre le revenu moyen d'un pays, de le convertir en dollars et de le comparer avec celui des pays riches. Or si l'on observe tous les indicateurs qui donnent des chiffres par parité du pouvoir d'achat, on constate qu'ils sont tous positifs pour les PED. L'IDH (Indice du Développement Humain) augmente partout sauf en Afrique subsaharienne (à ce sujet, lire : L'Afrique victime du libéralisme ?) :

medium_developpement_humain.jpg
L'espérence de vie a augmenté fortement dans la plupart des régions et la mortalité infantile a chuté, et ce, même en Afrique Subsaharienne (de 280 pour mille en 1960 à 175 pour mille en 2003)... (1)
Mais les inégalités, alors, elles ont augmenté ou pas ? Pour le mesurer, l'indice le plus utilisé par les économistes est le coefficient de Gini car il prend en compte le pouvoir d'achat. Il étend ses mesures entre 0 et 1, 0 correspondant à une société où l'égalité est totale et 1 une société où l'inégalité est totale. Le résultat est clair : mesurant l'inégalité entre les pays, le coefficient est passé de 0,60 en 1968 à 0,52 en 1997, soit une baisse de plus de 10% des inégalités ! (2)
Ainsi, à observer le classement des pays en fonction de la liberté économique qui y règne, établi par la Fondation Héritage, on observe que ce sont les pays les plus libéraux qui sont les plus riches et ceux qui sont le moins libéraux, avec un Etat ultrainterventionniste et protectionniste, qui sont les plus pauvres (voir aussi le cas de l'Afrique : L'Afrique victime du libéralisme ?). Le problème des inégalités n'est donc pas du à trop de libéralisme, mais au contraire à pas assez de libéralisme !
 
(1) Source : Rapport mondial sur le Développement Humain, PNUD 2005
(2) Source : Arne Melchior, Kjetil Telle et Henrik Wiig, 2000 

 

Écrire un commentaire